Projet de naissance : comment le rédiger efficacement ?

La rédaction d'un projet de naissance est une étape importante de la grossesse. Mais à quoi sert-il ? Quand le rédiger ? Que mettre dedans ? Toutes ces questions je me les suis aussi posées. Voici le résultat de mes recherches, enjoy !
Plus de contenu gratuit

#Fiches

Un projet qui fait sens

La première fois que j’ai entendu parler de projet de naissance, j’ai trouvé ça génial… et j’ai très vite eu beaucoup de questions : comment le rédiger ? sur quel support ? est-ce que le corps médical est obligé de le respecter ?

Et au fil de mes recherches, je me suis rendu compte que le plus important n’était pas le projet écrit final en lui même, mais le cheminement, le processus d’apprentissage et d’éducation. En effet, rédiger son projet oblige à se renseigner sur toutes les options possibles, et donc à faire des choix. J’ai toujours admiré les femmes qui y vont “au talent” ou “à l’instinct”, qui ne se renseignent quasiment pas car j’en suis totalement incapable. J’ai besoin d’anticiper, de me préparer. 

Ce projet sert à planifier à l’avance la façon dont tu souhaites que diverses situations soient gérées, en dehors des émotions du moment. C’est un moyen de communication rédigé à tête reposée.

The power of a birth plan isn’t the actual plan, it’s the process of becoming educated about all the available options. /

La puissance d’un plan de naissance n’est pas le plan en lui-même mais le processus d’apprentissage des options disponibles.

Ce n’est pas un contrat

La deuxième chose primordiale à savoir, c’est que ce n’est pas un contrat – ahhh c’est pour ça que mon gynéco n’a pas voulu le signer avec un “bon pour accord” ? ^^. Le corps médical fera (proposera ? ) ce qu’il juge nécessaire, toujours. Mais ça ne veut pas dire que tu dois subir toutes les décisions right ? Et si tu veux éviter le côté médicalisé, tu as également des options pour ça.

Si on te sort “on va vous déclencher madame”, c’est quand même mieux que tu saches ce que ça implique et que tu puisses faire un choix ÉCLAIRÉ. Dire oui parce que tu n’y comprends rien, ce n’est pas vraiment dire oui. En tout cas, c’est un oui que tu peux regretter par la suite. Je te donne plusieurs clés un peu plus bas pour poser les bonnes questions, au bon moment.

Savoir poser des questions

Celui qui sait a le pouvoir, c’est comme ça. Après, libre a chacun d’utiliser ce pouvoir à bon ou mauvais escient. Les gynécologues, obstétriciens, sage-femmes…  ont des connaissances théoriques et pratiques qui forcent le respect. A côté de ça, souviens toi que ce sont des êtres humains qui ont leurs propres opinions et leurs propres expériences. Et parfois cette expérience va à l’encontre des désirs des futurs parents.

Si tu ne connais pas tes options, des choix seront faits à ta place.

En étant bien informée, tu augmentes ta confiance en toi, et en tes choix. Par la même occasion, tu améliores ta capacité à réaliser tes désirs, que demander de plus Martine ?

Voici une liste de questions à poser, ça t’aidera à coup sûr !

  1.  « Pourquoi ? » Basique, simple. Demander « Pourquoi ? »  5 fois c’est agaçant, mais parfois nécessaire pour comprendre les avantages de telle ou telle intervention.
  2. « Est-ce vraiment nécessaire ? »
  3. « Quels sont les avantages ? » / « Quels sont les risques ? »
  4. « Quelles sont les alternatives ? » (ma préférée)
  5. « Que se passe-t-il si j’attends pour prendre une décision ? », car parfois tu auras l’impression qu’il faut répondre tout de suite, poses cette question pour en avoir le cœur net

Partage cette liste de questions avec la personne qui t’accompagnera le jour J, dans le feu de l’action tu les auras peut-être oubliées. N’hésite pas non plus à en parler à tes amies enceintes, ça peut faire la différence !

Télécharge ton projet de naissance !

Clique sur l’image pour le télécharger, c’est cadeau !

En quelques mots

1. Lâcher prise

Pense ton projet de naissance comme un document évolutif et une discussion continue avec le corps médical

2. Faire court

Rédige un projet court, qui va droit au but

3. Eviter l’approche défensive

Formulation positive des souhaits : éviter “je refuse qu’on m’arrache mon bébé”, préférer “je souhaite garder mon bébé prêt de moi après l’accouchement”

4. Rester ouvert(e)s

Sois flexible lorsque des modifications sont nécessaires et pose les questions évoquées ci-dessus pour te rassurer. N’hésite pas non plus à t’informer sur les options écartées (par exemple sur le déroulement d’une césarienne ou sur l’utilisation de forceps). En cas d’imprévu c’est rassurant !

Pin It on Pinterest

Share This